22 euros la séance d’accompagnement psychologique de soutien

Ou comment externaliser une activité des psychologues de service publique sur le secteur libéral à moindre frais
jeudi 20 mai 2021
par  psycho
popularité : 63%

30 euros pour une séance « santé psy étudiant » et voilà à présent 22 euros pour une heure de travail de psychothérapie, c’était trop cher payé. Ne devrait on pas revoir sur le principe d’égalité les salaires de tous les députés, sénateurs et ministres à la baisse ?
Ce travail spécialisé qui demande un niveau élevé d’expertise ne mènera à rien sinon à amener les jeunes patients vers une médication certaine.
Ecoutera t-on un jour ce que pensent les psychologues sur ces questions non médicales ?
ça n’est pas à l’ordre du jour des ministres puisqu’il s’agit pour eux de mettre les psychologues sous tutelle du pouvoir médical.
Voilà ci dessous la grande réforme du ministre Véran pour les psychologues absents du ségur

Psychologuesenresistance

"Madame, Monsieur,

Vous avez accepté de participer au dispositif « santé psy étudiant » mis en place par le Gouvernement pour répondre à la souffrance psychologique des étudiants et nous vous en remercions.
Votre implication est en effet essentielle pour répondre aux besoins de soins en santé mentale des Français, particulièrement impactés par la crise que nous traversons.
Le Gouvernement est ainsi mobilisé avec vos représentants et l’ensemble des acteurs concernés pour renforcer notre système de santé et faire face à l’urgence actuelle.

C’est dans le même esprit que le gouvernement met en place un dispositif pour les enfants et les adolescents ; sur orientation du médecin, un jeune de 3 à 17 ans pourra bénéficier de 10 séances chez un psychologue libéral, intégralement prises en charge par l’assurance maladie. Si ce dispositif vous intéresse également, vous pouvez consulter la page psyenfantado.sante.gouv.fr pour obtenir toutes les informations souhaitées et vous inscrire si vous le souhaitez.
Nos services se tiennent également à votre disposition pour vous apporter toute information utile.

Permettez-nous de vous remercier une fois encore pour l’action que vous menez pour les étudiants et qui a déjà permis à 3800 d’entre eux de bénéficier de plus de 8000 séances. Au-delà de la crise sanitaire, soyez assurés de notre détermination pour faire de la santé mentale un enjeu majeur de la politique du Gouvernement.

Olivier Véran
Frédérique Vidal

Adrien Taquet
Les tarifs sont de 32€ pour l’entretien initial d’évaluation et 22€ pour les autres séances de prise en charge psychologique. Ainsi, vous êtes rémunérés à hauteur de 230€, en cas de réalisation de la totalité du parcours.
A titre indicatif, le temps d’un entretien initial d’évaluation est estimé à 45 minutes. Le temps d’une séance de prise en charge psychologique est estimé à 30 min.
Les séances seront prises en charge sans application du ticket modérateur et donc à « 100% » dans le cadre de ce dispositif.
Aussi, vous facturez les séances aux tarifs proposés et remboursés par l’Assurance Maladie. Aucun dépassement ne peut être demandé au patient et ne sera possible conformément au consentement à la convention signé lors de l’adhésion au dispositif.
Après la fin de la prise en charge proposée dans ce dispositif, si vous considérez que des séances complémentaires sont nécessaires vous devez alors informer, clairement et loyalement, le titulaire de l’autorité parentale sur les montants desdites séances et sur l’absence de financement par l’Assurance Maladie.
Comment ont été fixés les tarifs ?
S’agissant d’un dispositif national, le tarif doit être le même sur l’ensemble du territoire. Ces tarifs sont identiques à ceux de plusieurs dispositifs telle que l’expérimentation portée actuellement dans 4 départements par l’Assurance Maladie « troubles en santé mentale d’intensité légère à modérée » chez l’adulte ou encore le dispositif de renforcement en psychologues dans les Maisons de Santé pluriprofessionnelles et les Centres de Santé (mesure 31 du Ségur).
Ils se basent sur des durées estimatives pour la prise en charge de patients légers à modérés dans le cadre d’un accompagnement psychologique de soutien.

Qu’est-ce que l’accompagnement psychologique de soutien ?
L’accompagnement psychologique de soutien est une thérapie non codifiée dans sa technique, car non directive. Elle représente une forme de thérapie relationnelle.
Elle est basée sur l’empathie, la confiance, le soutien. Elle comprend une dimension de conseil, d’information et d’explications, permettant une compréhension partagée de la problématique de la personne (et de son entourage).
Une écoute active facilitant l’expression du patient (et de sa famille) en fait un outil thérapeutique à part entière vers un changement comportemental, affectif ou émotionnel.
Elle trouve son indication dans les états pathologiques d’intensité légère mais peut être utilisée dans les autres états.
La Haute Autorité de Santé recommande le recours à la thérapie de soutien en première intention dans la prise en charge de la dépression de l’adolescent. (Sources : HAS - Recommandations : Manifestations dépressives à l’adolescence : repérage, diagnostic et prise en charge en soins de premier recours - Novembre 2014)."


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

7 juillet 2017 - 400 millions $ par an pour la psychothérapie

400 millions $ par an pour la psychothérapie samedi 27 juin 2015 par psycho popularité : 3% (...)

22 janvier 2013 - Le décret du titre de psychothérapeute pour les nuls : une loi d’exception !

Sur le Forum du Manifeste des Psychologues Hospitaliers
un avis argumenté de P (...)

14 décembre 2012 - Pétition initiée par le Collectif des 39

PETITION : Le changement est indispensable en psychiatrie pour une éthique de l’hospitalité (...)

27 janvier 2012 - A diffuser sans modération.

L’intercollège des psychologues d’IDF s’expriment.
Sur le forum du manifeste des psychologues (...)

24 novembre 2011 - Agnès : peut-on se fier aux expertises psychiatriques ?

Par Alexandra Guillet , le 23 novembre 2011 à 19h00 , mis à jour