DE L’HEGEMONIE DES MODELES AU PRE-TOTALITARISME,LA PSYCHIATRIE DU XXI° SIECLE , PARADIGME DES « SOMBRES TEMPS » ACTUELS

Dr Alain CHABERT Psychiatre de service public

Psychiatrie, souffrance psychique

Transmis par Nadine Motta, psychologue.
Dr Alain CHABERT
Psychiatre de service public
Membre du bureau de l’USP
Membre du C.E.D.E.P. et de la L.D.H.
Aix-Les Bains
02 Mai 2006
Résumé
Je souhaite, à travers cette communication, essayer de montrer comment, si nous
observons les évolutions actuelles de la psychiatrie du point de vue des Droits de l’Homme,
nous sommes conduits à y voir des éléments de totalitarisme, et non plus seulement
l’expression d’un modèle dominant.
J’examinerai successivement : le remplacement de la domination du modèle par
l’évidence acceptée ; celui de la contrainte par le consentement obligé ; celui de la
responsabilité par le protocole ; l’utilisation massive de la désinformation (expertise
pharmacologique et génétique) ; l’assomption de la délation, du pouvoir administratif et de la
confusion des pouvoirs ; le développement enfin d’une incapacité à penser par disparition des
notions de point de vue et de perspective .
J’essaierai de montrer ensuite comment ces évolutions psychiatriques sont
paradigmatiques des transformations actuelles de la société, réalisant des « sombres temps »
(Hannah Arendt), par la conjonction de la marchandisation totale du monde et de
l’hyperbureaucratie. Masse, banalité, travail, temps et liberté, seront parmi les fragments à
considérer.
Enfin, je ferai l’hypothèse que prendre au sérieux la notion de pluralité de H. Arendt
peut servir de socle de résistance et féconder les thèses de Toni Négri sur la multitude.

Documents joints

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.