Dernier dénouement pour la profession, : C’est officiel : le ministère de la santé a fait savoir publiquement par l’intermédiaire de la DGOS que le projet de future loi de santé ne comporterait aucune disposition concernant les psychologues et la psychologie.

Les psychologues à travers son syndicat, le SNP, diffuse cette lettre à envoyer

Madame Marisol TOURAINE
Ministère des Affaires sociales et de la santé
14, avenue Duquesne
75350 PARIS 07 SP
LETTRE A LA MINISTRE DE LA SANTE
pour la profession de psychologue et la psychologie en France

Madame la Ministre,
Par la présente lettre, je vous exprime :
1/ mon refus de la surmédicalisation de la santé psychique des citoyens français : toute
souffrance n’est pas une maladie, la santé n’est pas l’apanage du domaine médical ;
2/ mon refus de la subordination de l’intervention du psychologue à toute prescription
médicale : les psychologues ne sont pas des rééducateurs du psychisme ;
3/ mon refus de faire payer aux citoyens français des consultations psychologiques non
remboursées alors même qu’ils sont pris en charge par le service public hospitalier ;
4/ mon refus de la précarisation des conditions d’exercice des psychologues dans les services
de santé : le travail sur et par le psychisme exige de garantir un cadre spécifique ;
5/ mon refus du sacrifice de la formation des étudiants futurs psychologues par un dispositif
de gratification qui tend à les exclure des terrains de stage hospitaliers.
Par la présente lettre, je vous exprime :
1/ mon souhait de voir inscrire dans la loi de santé un véritable projet pour la santé psychique
des français, en donnant aux psychologues et à la psychologie la place qui leur revient ;
2/ mon souhait de voir instaurer une représentation adéquate de la profession de psychologue
dans les instances locales, régionales et nationales du système sanitaire ;
3/ mon souhait de voir créer une véritable filière psychologique dans les établissements de
santé, afin d’y garantir des conditions d’exercice adaptées au métier de psychologue ;
4/ mon souhait de voir protégés les citoyens contre les mésusages de la psychologie par
l’instauration d’une instance nationale de régulation de la déontologie des psychologues ;
5/ mon souhait de permettre aux citoyens français d’accéder à une consultation de
psychologue aussi facilement qu’à une prescription de médicaments psychotropes.
Le 25 août 2014

Vos commentaires