Rencontre du 11 Juillet 2014 entre la Coordination de l’Inter-collèges des Psychologues Hospitalier IDF et les services de la DGS / DGOS concernés par la Santé Mentale

Voici le dernier compte rendu ci dessous de la rencontre avec la DGOS. Rien de surprenant aux discours des techniciens de la DGOS, depuis 30 ans à présent de rencontres tentées avec cette administration, jamais ils n’ont pu mettre en oeuvre une simple écoute des personnels qui exercent au coeur de la souffrance de nos concitoyens. La DGOS sait, sans connaitre ce monde, ce qu’il faut pour nos concitoyens et surtout est à l’écoute des lobbys qui veulent vendre leurs nombreuses méthodes de soins et faire de la santé une marchandise comme une autre. Nous ne pouvons que regretter un discours fermé depuis 30 ans à ce que proposent des professionnels aguerris aux questions de la santé psychique.
Psychologuesenresistance

 Suite aux recommandations de Monsieur ROBILIARD rencontré au mois de juin dernier, nous avons sollicité une entrevue avec Madame MARMIER au Ministère de la Santé qui nous a alors orientés vers les services de la DGS / DGOS.

Lors de cet entretien, nous avons été surpris par l’absence de dialogue qui s’est imposée dès le début.
L’ensemble des questions relatives aux conditions d’exercices des psychologues et aux conséquences de la loi HPST sur les pratiques hospitalières ne rencontrèrent aucun écho. En effet, toutes les formes d’empêchement qui abrasent la créativité du soignant, la prise en compte de la singularité et celle du travail institutionnel n’ont pu réellement constituer un objet de discussion.
La politique managériale, la suprématie des protocoles, la hiérarchisation, l’uniformisation des pratiques, la codification des actes, l’évaluation du travail prescrit au détriment du travail réel, tous ces points n’ont pas plus trouvé de possibilité d’élaboration.

L’outil relationnel du soin, fondamental dans l’histoire de la psychiatrie, a fait l’objet de sévères critiques au profit de la mise en place de techniques efficaces et évaluables : « le problème en psychiatrie, c’est que ça ne tient toujours qu’aux personnes ».
Quant à la question de la thérapie institutionnelle, son travail a été tourné en dérision : « est-ce que la psychiatrie est là pour apprendre la tarte aux pommes » ? 
Dans cette même logique, il nous a été affirmé que le travail auprès des équipes ne relevait pas des missions du psychologue.

L’efficacité, le bien être des patients et l’égalité des soins sont donc les piliers du modèle consumériste en voie de généralisation. Les méthodes d’adaptation et d’intégration comme la remédiation cognitive et l’éducation psycho sociale sont valorisées au détriment de la psychanalyse qui n’a pas démontré son efficacité.

Après avoir mis à mal tous les idéaux et les méthodes de travail sur lesquels s’appuyait le mouvement institutionnel en psychiatrie, il nous a été présenté le projet de « Service Territorial de Santé Mentale ». Voici donc la solution censée répondre au marasme de la psychiatrie.
Décrit comme étant plus large que le secteur, ce service rassemblerait des professionnels du soin, généralistes, spécialistes mais aussi des élus du champ social, bailleurs, chargés d’insertion, entreprises…autour de sujets consensuels.
Son ambition consisterait à élargir et à pallier aux insuffisances… Il offrirait à la population une palette de prestations efficaces et évaluables qui répondrait à des besoins précis : une multiplication de centres experts pour bipolaires ou schizophrènes, troubles alimentaires, …

Dans cet esprit, la psychiatrie serait priée de s’occuper uniquement des situations de crise et de l’aiguë en laissant au médico-social le soin de faire le reste…. C’est ainsi toute l’histoire de la continuité des soins qui est remise en cause. 

Il nous sera donné d’entendre en dernier lieu que les psychologues auraient des progrès à faire en terme de technicité s’ils souhaitent continuer à exercer à l’hôpital :
S’organiser pour être polymorphe sur un territoire.
Faire fructifier des réponses innovantes à travers des outils appropriés qui favorisent une palette de soins et qui répondent à des besoins mal couverts.

Globalement, nous avons eu à faire face à une conception entièrement centrée sur la question de l’efficace et de l’évaluable tandis que les efforts de la coordination ont porté sur une tentative d’ouvrir des brèches dans un discours entièrement clos.

La Coordination

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.