Les psychologues se rassemblent autour d’axes primordiaux pour l’exercice de la psychologie et de leur métier.


Signer La Pétition en cours

 


Chers collègues,


Voici en quelques points résumée l’actualité de la profession :


Samedi dernier, le 20 septembre 2014, une quarantaine de psychologues représentants différentes organisations de la profession, se sont rassemblés à Paris , à l’initiative entre autre de L’Unsa santé sociaux, du Siueerpp du SNP qui depuis le mois de juillet 2014 travaillent ensemble : cf les documents ci dessous que je vous ai déjà transmis :


- le premier communiqué de l’UNSA publié le 16 juillet dans Hospimédia ,"Psychologue à l’hôpital, une profession menacée" -suite à la dernière réunion à la DGOS,
- réponse de la DGOS à ce communiqué le 22 juillet
- communiqué commun UNSA, Siueerpp, SNP, CFDT, en réponse à la DGOS :c’est dans ce communiqué que nous appelions les psychologues à se rassembler à Paris le 20 septembre 2014, avec comme objectif de définir des moyens d’action à mettre en oeuvre pour inscrire dans la future loi de santé la place des psychologues et de la psychologie .


Samedi dernier étaient présents des psychologues issus de ces organisations : UNSA santé sociaux, Siueerpp, SNP, inter collège Ile de France (qui réunit maintenant des inter collèges d’un certian nombre de région , dont l’Alsace), FFPP, CGT, CFDT et CFTC.


Une pétition a été lancée dans le même temps à l’initiative de certaines de ces organisations : "Pétition nationale pour la profession de psychologue et la psychologie en France ." (je n’arrive pas à faire un lien direct, pour y accéder taper dans la barre google tout l’énoncé !!, ça vous redirigera ou directement dessus ou sur le site du SNP ou sur celui de psychologue en résistance )


A ce jour la pétition a été signée par environ 4000 personnes , plus elle sera signée, plus nous aurons de poids dans les négociations à mener, faites la circuler à vos contacts, collègues, pour recueillir toujours plus de signatures.


Extrait du CR fait par J. Borgy : suite à la réunion du 20 septembre


Au delà des divergences de vue inévitables et prévisibles nous avons réussi :


 A nous mettre d’accord pour faire signer le plus massivement possible la pétition nationale pour la profession de psychologue et la psychologie en France lancée par cinq organisations (SNP, CFDT, UNSA, CFTC, SIUEERPP).
 A dégager 3 points forts sur lesquels nous pouvons nous appuyer ensemble, en plus des options particulières à chaque organisation, pour faire entendre la voix de la profession et sensibiliser les acteurs de la vie politique en vue de la discussion du projet de loi de santé :


 Inscrire dans la loi relative à la santé la dimension psychologique nécessaire aux prises en charge médicales, sociales, éducatives, judiciaires, etc. afin de promouvoir des conditions de vie favorables à la santé dans tous les lieux de vie ( en italique, citation extraite du projet de loi).
 Reconnaître à toute personne un droit d’accès en premier recours à des consultations psychologiques auprès du psychologue de son choix.


 Inscrire dans la loi l’égalité d’accès, sans discrimination financière, aux consultations psychologiques pour tous, que ce soit dans le public ou en libéral.


Un mouvement de rassemblement de la profession est en train de se créer, au delà des divergences de ces différentes organisations, qu’il va falloir poursuivre, développer et qui a comme centre la défense de la prise en compte de la singularité dans le système sanitaire français. Ce mouvement va au delà de la seule lutte corporatiste de la profession et concerne la défense de la clinique et la place des sciences humaines à l’hôpital.


Merci de faire circuler ces informations le plus largement possible auprès de vos collègues, au sein de vos établissements et ou organisations, associations, auprès des étudiants en psychologie , il est important que les psychologues soient au courant de ce qui se joue actuellement et qui concerne leur avenir.
Plus nous saurons nous rassembler, plus nous pourrons porter des propositions cohérentes aux politiques qui sont en train d’écrire la prochaine loi de santé.


Roxane Meziane. Unsa