8 et 9 février 2013 Pratiques psychologiques et citoyenneté Aliénation, subjectivation et lien social

Dans leur pluralité, la diversité de leurs champs d’exercices et de leurs référentiels théoriques
d’étayage, les pratiques psychologiques sont des pratiques citoyennes. L’actualité, autour du titre de
psychothérapeute, les différentes transformations du des champs et des règles d’exercices, permettent
de prendre la mesure, s’il en était besoin, du registre politique de ces pratiques.
Aussi importe-t-il de questionner ces dimensions citoyennes et politiques du psychologue et de ses
pratiques : engagées et engageantes, impliquées et impliquantes.
Outre le fait que les psychologues ont des choix, des appartenances politiques, syndicales (parfois),
associatives…
les pratiques du psychologue :
• s’inscrivent dans une société
• répondent pour partie à une commande sociale
• peuvent résister, voire s’opposer à des mouvements dominants de la société
• participent à la reconfiguration du « vivre ensemble »
Dans une visée pluri-référentielle ce colloque vise à explorer ces différentes dimensions.

Le programme en pj

Documents joints

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.